CategoriesBlog De la théorie à la pratique

Sais-tu comment il faut consacrer les Runes ?

Jeu de Runes If sculpté ©Sentulia (4)

 

Consacrer les Runes est une étape importante quand l’on crée son propre jeu, sa Rune ou sa Rune liée (Bindrune ou Bandrún) ou quand on le fait réaliser par un artisan. Les jeux de Runes, Talismans Runiques (Taufr), ou tout autre objet en lien avec les Runes que je crée ne sont jamais consacrés, pour une seule et unique raison : c’est à vous de le faire. C’est une étape très personnelle, qui vous lie à vos Runes et que vous devez réaliser seul(e).

Alors, comment consacrer ses Runes ?

C’est une question qui revient souvent dans le cadre de mon artisanat, j’ai donc décidé d’aller au plus simple et de rédiger un article sur le sujet pour répondre à cette question.

Le lieu

L’endroit que vous allez choisir va revêtir une très grande importance dans la sacralisation de vos Runes. Il est impératif de consacrer vos Runes dans un endroit chargé en bonnes énergies et, de préférence, en énergies de la terre. Ce peut être une forêt, une montagne ou une colline, l’abord d’une rivière, une plaine, par exemple. Si vous possédez un jardin et que vous vous y sentez bien, que vous en soyez le propriétaire ou le locataire, cela pourra sans souci faire l’affaire. Vous pouvez également consacrer vos Runes sur un site archéologique (accessible en permanence, cela va sans dire) ou un ancien lieu de culte, mais dans ce cas précis vous devrez faire des recherches et être extrêmement vigilants au passif du lieu en question. Il ne faut pas que de mauvaises énergies résiduelles persistent dans ce lieu. Si un massacre ou tout autre évènement néfaste a eu lieu en place du dit endroit, même si c’est un lieu connu pour la dévotion dont faisait preuve une communauté, abstenez-vous.
Les citadins penseront peut être que je suis bien sympa, mais que trouver de tels lieux est plus difficiles pour eux. Effectivement, mais on n’a rien sans rien. Vous vous apprêtez à utiliser des symboles sacrés qui ont traversé les âges et qui requièrent respect, sérieux et efforts. Cela ne devrait pas être si compliqué que cela de prévoir une balade dans la campagne ou dans la forêt en vous bloquant une journée.

La phase lunaire

Ceux qui travaillent déjà avec la Lune le savent, ce n’est pas parce qu’il est midi et qu’on ne la voit pas dans le ciel, que l’influence de la Lune en est pour autant absente. Les énergies décroissantes de la Lune sont à proscrire pour la consécration des Runes. Choisissez donc une période de Lune croissante, voire de Pleine Lune directement.

La phase du jour

Plus que l’heure en elle-même, j’attirerai plutôt votre attention sur la phase du jour. Soit l’aube, le zénith, le crépuscule, la nuit… C’est un avis très personnel de ma part, mais je vous conseillerai plutôt de les consacrer à l’aube (et oui, en plus je vous fais vous lever avec les poules). J’ai choisi cette phase du jour car c’est le moment où la nuit et le jour sont à égalité mais où, in fine, c’est le jour qui finit par l’emporter, contrairement au crépuscule où c’est l’obscurité qui a le dernier mot. Cette phase de la journée revêt donc une symbolique neutre à tendance lumineuse. Raison pour laquelle elle me semble appropriée.

Le matériel

  • Votre/s Rune/s évidemment,
  • des bougies si vous le souhaitez, évitez les bougies noires,
  • un petit autel en bois (façon micro table) ou un tissu à déposer sur le sol. Adoptez une couleur neutre. Le plus adéquat sera un tissu naturel et non coloré, comme une toile de chanvre, de lin ou de coton blanc,
  • un couteau pointu dont vous aurez désinfecté la lame ou une aiguille stérile ou des pigments rouges ou ocres mélangés dans un peu d’eau. Pour la peinture rien de chimique. Vous trouverez facilement des pigments naturels dans le commerce ou vous en trouverez dans votre cuisine (paprika, cumin en poudre…),
  • une offrande (on détaille plus bas)

Consacrer l’espace

Maintenant que vous savez où et quand vous allez consacrer vos Runes, il convient de consacrer l’espace qui accueillera votre cérémonie. Dans un premier temps, installez tout votre matériel correctement et laissez une place suffisamment confortable autour de vous.

Les méthodes sont diverses, je vous en citerai quelques unes, mais quelle que soit la méthode qui aura votre préférence, établir un cercle sera nécessaire. Petit aparté concernant le cercle. Certains penseront peut être « Ouahhhhh le truc de « sorcier/wiccan/occultiste/mettez ce que vous voulez » qu’elle nous colle avec les Runes alors que ça n’a rien à voir« . Et bien détrompez-vous. Le cercle est très loin d’être l’apanage de la société néopaïenne, existe depuis des temps immémoriaux et dans de nombreuses traditions/cultures/pratiques du monde. Chez les anciens peuples germano-scandinaves, le Thing (l’assemblée qui délibérait sur les lois et la justice, tranchait en cas de conflits) était en cercle, les témoins d’un duel ou d’un serment faisaient un cercle autour des protagonistes… Le cercle sacralisera l’espace, sera le témoin symbolique de votre consécration et concentrera votre énergie sur ce que vous êtes en train de faire.

  • Tracer son cercle
    Vous pouvez faire une invocation des points cardinaux. Personnellement j’ai un peu de mal avec cette méthode car je n’ai jamais rien lu dans les textes anciens qui rapportent une invocation des points cardinaux. Mais n’ayant pas la science infuse ni tout lu sur tout, après tout pourquoi pas. Vous pouvez utiliser la méthode de la visualisation pour tracer votre cercle, avec l’outil qui vous convient le mieux (baguette ou branche de bois, votre doigt, une lame…). Vous pouvez aussi le matérialiser si vous avez du mal avec la visualisation, avec votre doigt en marquant directement la terre, avec une corde de chanvre ou de la laine, des branches d’arbres mises bout à bout (ne les couper pas exprès pour cela, ramassez par terre), des pierres, etc… Pour ceux qui ont l’habitude d’utiliser du sel, je rappelle qu’on n’utilise SURTOUT PAS de sel en extérieur. Le sel est agressif et il va faire du mal à la terre tout autant qu’à la nature, et on est bien d’accord que ça n’est pas du tout le but.

  • Faire appel à Thor / Consécration de l’espace
    Le Dieu Ase Thor est par excellence celui que l’on invoque lorsque l’on veut consacrer un espace, un objet ou tout autre chose. Les textes anciens nous rapportent même que l’un de ses noms est dédié à cela : VingÞórr, « Thor qui consacre » (Þrymskviða « Le chant de Thrym », Edda poétique traduction Romain Panchèvre Sesheta Publications, strophe 1). Vous pouvez le prononcer à la française « Vingtor » (« in » de english) ou en vieux-norrois Vingssor (même chose pour « in », le o grave légèrement traînant et en roulant le r). Vous pouvez faire appel à Thor en faisant le signe du marteau.
    Je ne vous donnerai pas de phrase toute faite car c’est là aussi quelque chose que vous devez faire vous-même. Concentrez-vous, laissez parler votre coeur, soyez convaincu(e) de ce que vous faites et demandez à l’Ase de consacrer ces lieux.

  • Dédication des Runes
    Ce n’est pas un passage obligatoire dans la mesure où vous pouvez très bien ne pas dédier vos Runes à une ou plusieurs divinités particulières. Mais si vous choisissez de le faire, apportez avec vous une représentation de la ou des divinités auxquelles vous souhaitez consacrer vos Runes et une offrande qui leur correspond. Je ne vais pas vous faire toute la liste des représentations et objets, ainsi que les offrandes qui correspondront mieux à telle ou telle divinité, il y en aurait pour des pages. Là aussi, ce sera un travail personnel à réaliser. Sachez simplement que l’hydromel ou la bière seront des offrandes qui conviendront à tous les Dieux. Ici, comme pour l’appel à Thor, préparez quelques mots (par coeur) qui informeront le/s Dieux que vous leur consacrez vos Runes. Demandez-leur soutien et protection, clairvoyance dans vos choix et dans votre pratique à venir.

  • Consacrer vos Runes
    Dans la tradition des anciens peuples, on consacrait les Runes avec son propre sang. De nos jours le sang fait peur car il est bien souvent, et à tort dans ce cas précis, assimilé à une magie néfaste et malveillante. Le sang, dans l’ancienne Scandinavie, est le sacrifice ultime de soi-même envers les Dieux. Car quoi de plus véritable, de plus sacrificiel, que d’offrir son propre sang ? Ceci étant, de nos jours c’est une tradition qui peut effrayer, raison pour laquelle je vous donne le choix entre un couteau, une aiguille ou des pigments. Si vous choisissez d’utiliser votre propre sang, faites bien attention à utiliser du matériel stérilisé et désinfecté. N’allez pas vous provoquer une infection et pas besoin de s’entailler sur 20 centimètres non plus !
    Quelle que soit la méthode que vous aurez choisie, vous devrez suivre le tracé de la Rune (ou des Runes) avec votre doigt rougi de pigments ou de sang. Tracez les toujours du haut vers le bas afin de ne pas faire appel à la magie obscure de certaines d’entre elles en les consacrant à l’envers. Vous me direz « mais euh… y en a qui n’ont pas de sens… comme Isa« . Effectivement, c’est tout à fait vrai. Pour celles là concentrez-vous surtout sur leur nature profonde. Mais pour celles qui ont un sens (de tracé j’entends… nous reparlerons bientôt de la mode quant à l’interprétation d’une Rune qui serait tombée « à l’envers » dans le cadre d’un tirage « divinatoire » moderne, et qui est un concept qui n’existe que dans l’imaginaire de ceux qui ont inventé cette méthode), les textes nous narrant l’utilisation détournée des Runes, en dénaturant certains de leurs attributs pour les « corrompre » ou appuyer ceux qui peuvent être néfastes à autrui, cette précaution me semble justifiée (et au pire ne mange pas de pain, comme on dit).
    Pour chacune d’elle, prononcez ou chantez son nom à haute voix et figurez-vous ce qu’elle représente. Les « écoles » sont différentes à ce stade. Certains réalisent cette gestuelle 3 fois, d’autres une seule, à vous de voir ce qui vous parle le mieux. Pendant longtemps je l’ai fait 3 fois, aujourd’hui ce n’est pas systématique, ça dépend de la situation et de ce que je consacre.

  • Prendre le temps
    Cette dernière étape est très personnelle, mais pour ma part, une fois le rituel de consécration achevé, je reste toujours un moment dans mon cercle, avec mes bougies allumées. Je remets soigneusement dans leur pochon de protection mes Runes, une par une, et je le garde dans mes mains, ou je conserve au creux de ma paume mon Taufr. Je me concentre sur elles/lui, je remercie, je laisse le calme s’instaurer sans penser à autre chose.

  • Rompre l’espace sacré
    N’oubliez pas de défaire ce que vous avez construit. Remerciez VingÞórr de lui avoir conféré sa sacralité, le/s Dieu/x concernés par votre dédication, si dédication il y a lieu, et n’oubliez pas de remercier le lieu qui vous a accueilli. Pour rompre le cercle vous avez la méthode traditionnelle de conclure votre cérémonie en explicitant à voix haute qu’elle est achevée et que vous ouvrez le cercle, si vous avez salué les directions vous devrez en faire de même mais dans le sens inverse que lorsque vous avez fermé votre cercle, etc…

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.