Ces Runes et ces arbres qui n’en font qu’à leur tête

S’il y a bien une chose que j’ai apprise à force de travailler avec les Runes, travailler avec elle dans le sens artisanal du terme, à savoir choisir l’essence de leur futur bois, les sculpter ou les pyrograver, selon si elles sont destinées à un jeu ou à un talisman, c’est que les Runes, alliées au bois, font vraiment partie de ces outils qui n’en feront jamais qu’à leur tête. C’est aussi pour cette raison que je les aime tant. C’est qu’elles ont du caractère les petites !

Depuis que je travaille à leurs côtés, j’ai constaté que les Runes ne sont pas de gentils symboles tout mignons, qui se contentent simplement de se laisser graver, sculpter et polir sans manifester leur avis, bien au contraire…

Je ne suis vraiment pas du genre à voir des signes dans la moindre feuille morte, j’ai d’ailleurs écrit un billet dédié à ce sujet : Les signes et l’univers. Donc vraiment, ce n’est pas du tout ma façon d’être que de voir des signes tous les 4 matins. 
Mais parfois, il m’est apparu très clairement que la ou les Rune(s) s’opposaient à ce que j’avais en tête et cela s’est concrétisé de différentes manières.

Cela ne m’est arrivé que 2 fois en un peu plus de deux ans. Pour vous dire que ça n’est pas non plus récurrent. Pour illustrer mon propos, je vais vous raconter ces deux anecdotes qui me sont arrivées en les travaillant. Parfois il me semble comprendre clairement pourquoi ça ne doit pas se faire, parfois non… 

Rune Berkano ©Sentulia
Rune Berkano ©Sentulia

Quand ça ne doit pas se faire

Un jour, on m’a demandé de réaliser un Sigil avec les Runes. La personne souhaitait un bracelet pour porter le Sigil en permanence avec elle, jusqu’à ce qu’il tombe naturellement, estimant alors que son travail à ses côtés serait achevé. Quand elle m’a expliqué son problème et son besoin, je me suis immédiatement dit que ça n’était pas une bonne idée de faire appel aux Runes pour ce style de demande. Par souci de discrétion et à travers ce que j’estime être le secret professionnel auquel je dois me tenir, je ne rentrerai pas dans les détails. 
Son besoin était réel et il lui tenait vraiment à coeur, c’était évident. Alors j’ai longuement réfléchi, ouvert tous mes livres, potassé pour trouver l’alliance qui me semblait la plus judicieuse pour donner le courage d’affronter l’épreuve que cette personne traversait à ce moment. J’ai choisi un bois spécifique qui me semblait en accord avec la réflexion du Sigil et je me suis mise au travail.

On m’a donné un 1er avertissement relativement peu sympathique et que je n’ai absolument pas écouté car je l’ai mis sur le compte d’une maladresse de ma part. La 1ère version du Sigil a du être abandonnée parce que je me suis entaillée profondément le doigt et que j’avais tellement saigné que le bois en était totalement imprégné. J’ai donc recommencé à zéro.
J’ai travaillé plusieurs jours et lorsque je suis arrivée au terme de la sculpture et qu’il ne restait plus que la phase de ponçage, le Sigil s’est brisé en deux net, quasiment en son centre alors que j’étais en train de le poncer avec du papier à grain très fin.

Le bois que j’avais choisi était le Buis, qui est une essence très dense et dure. Par ailleurs j’avais réalisé le Sigil assez épais. S’il avait du se casser à cause d’une potentielle maladresse de ma part, la casse aurait eu lieu pendant la sculpture. Peut être sur un endroit plus fragile comme un angle par exemple. Mais non… le Sigil s’est brisé alors que je le ponçais et que le contact que j’opérais sur lui pouvait sans mal être qualifié de caresse. Parfaitement invraisemblable donc.

C’était la 1ère fois qu’une chose comme ça m’arrivait. Je me souviens que j’ai gardé le Sigil brisé dans la paume de ma main un long moment, j’étais vraiment choquée. Et puis une évidence s’est imposée. Dès que cette personne m’avait expliqué pourquoi elle voulait un Sigil, j’avais immédiatement senti que ça n’était pas la chose à faire. Comme quoi toujours suivre son instinct… Je l’ai donc appelée, lui ai envoyé une photo du Sigil et d’un commun accord nous avons décidé ensemble qu’il valait mieux ne pas insister.

Bois de Buis ©Sentulia
Bois de Buis ©Sentulia

Quand je dis non, c’est non !

La seconde anecdote est mignonne et presque drôle. Cela s’est passé il y a peu de temps, juste avant la dernière Pleine Lune du 1er octobre 2020.
Je travaillais sur une Rune pour quelqu’un qui me suit depuis longtemps et qui est une personne adorable. La Rune qu’elle a choisie m’a paru être un bon choix dès le départ. Aucune intuition négative, pas de retenue ni quoi que ce soit, comme cela était arrivé pour le Sigil. Je ne rentrerai pas dans les détails, là non plus, de la Rune qu’elle a choisie.
Je lui propose d’utiliser de l’If pour la confectionner. Je viens de traverser une période très « If » qui est un arbre que j’aime vraiment beaucoup, et je pensais sincèrement à ce moment là qu’il serait un bon choix. Ou pas… 

Dans ce même bois j’ai réalisé un jeu de 24 Runes Futhark complet et j’ai également sculpté deux autres Runes, sans aucun problème. Mais pour celle-ci… Je commence la sculpture, le bois se brise net en plein milieu. Ok je suis maladroite et je n’ai pas fait attention… Je retente avec le même arbre mais un autre morceau de bois, même chose. Je commence à m’interroger sérieusement, mais comme il est de notoriété publique qu’on a souvent besoin de faire plusieurs fois les mêmes erreurs pour que ça rentre, je retente une 3ème fois. Je vous laisse deviner ? PAF ça casse encore. Ok ok j’ai compris le message.

Cette fois le problème ne vient pas de la Rune à mon sens, mais bien du bois. Ma cliente est quelqu’un de doux, qui a besoin d’être enveloppée, chouchoutée, aimée. L’If est un bois absolument fantastique et jamais je ne reviendrai là-dessus. Mais… l’If est également un bois difficile. Un bois exigeant avec lequel il n’est pas forcément évident de travailler. Un bois qui ne s’accorde pas avec tout le monde. Je lui ai expliqué la situation et mon ressenti, d’un commun accord nous avons décidé de changer l’essence de bois mais pas la Rune. Et j’ai comme dans l’idée que la prochaine sculpture se passera sans dommage… Mais je verrai ça quand j’y serai.

Travail des Runes ©Sentulia
Travail des Runes ©Sentulia

Moralité : dans votre pratique faites confiance aux Runes, elles savent mieux que vous

Si votre instinct vous pousse vers une Rune en particulier, que vous réalisiez un talisman vous-même ou que vous demandiez à quelqu’un d’autre de le faire, s’il se passe quelque chose qui ne laisse aucune place à l’équivoque : votre Rune se casse, elle vous quitte (vous l’égarez), elle ternit ou s’abîme de façon inhabituelle ; ne cherchez pas à la retenir ou à en obtenir une autre du même genre pour le moment. C’est simplement qu’il n’est pas temps pour vous de travailler avec elle. Vous l’ignorez, elle le sait. Fiez-vous à elle.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.